Pour remplir la feuille de calcul

Cette section provient du Manuel simplifié des Lignes directrices de 1996 du GIEC et fournit des instructions étape par étape pour le calcul détaillé des émissions au niveau des combustibles et des produits dérivés. La feuille de calcul 1 peut être consultée à la fin de ce chapitre.

NOTE : la feuille de calcul principale permet de calculer les émissions de CO2 à partir de combustibles issus de la biomasse mais le résultat de ce calcul ne figure pas dans le total national.

Etape 1 : Estimation de la consommation apparente de combustible

1 La consommation apparente est la base sur laquelle s'effectue le calcul de l'offre en carbone du pays. Afin de calculer cette grandeur pour chaque combustible, les données ci-après relatives aux combustibles primaires sont entrées :

• Importations (colonne B)

• Exportations (colonne C)

• Soutes internationales (colonne D)

• Variations de stocks (colonne E)

S'agissant des combustibles secondaires et des produits dérivés, les seules données à entrer sont les suivantes :

• Importations (colonne B)

• Exportations (colonne C)

• Soutes internationales (colonne D)

• Variations de stocks (colonne E)

Ces données permettent d'effectuer le calcul global rendant compte de la totalité de la consommation.

Pour tous les combustibles, les quantités peuvent être exprimées en joules (J), en mégajoules (MJ), en gigajoules (GJ), en térajoules (TJ) ou en milliers de tonnes équivalent pétrole (ktep). Les quantités de combustibles solides et liquides peuvent être exprimées en milliers de tonnes (kt) et les quantités de gaz naturel sec peuvent être exprimées en téracalories (Tcal) ou en mètres cubes (m3).

NOTE : les valeurs de production de gaz naturel reportées dans la feuille de calcul 1, ne comprennent pas les quantités de gaz rejetées dans l'atmosphère, brûlées à la torche ou réinjectées dans le puits.

Les quantités de combustibles sont exprimées en pouvoirs calorifiques inférieurs (PCI). Le PCI représente approximativement 95% du pouvoir calorifique supérieur des combustibles fossiles liquides et solides ainsi que des combustibles issus de la biomasse, et 90% du pouvoir calorifique supérieur pour le gaz naturel.

2 La consommation apparente pour chaque combustible est calculée à partir de la formule ci-dessous :

Consommation Apparente =

Production + Importations - Exportations - Soutes internationales - Variations de stocks

Le résultat est inscrit dans la colonne F.

Une attention particulière est accordée au signe algébrique de la « variation de stocks » au moment du report de cette grandeur dans la colonne E. Lorsque la quantité de combustibles ajoutée au stock dépasse la quantité qui en est soustraite au cours de l'année, il y a un accroissement net du stock et cette quantité entrée dans la colonne E est dotée du signe plus. Dans le cas inverse (un prélèvement sur le stock), la quantité figure dans la colonne E avec le signe moins.

1 Le facteur de conversion utilisé pour chaque combustible est inscrit dans la colonne G.

2 La consommation apparente est multipliée par le facteur de conversion appropriée (PCI ou facteur d'échelle) pour obtenir la consommation apparente en térajoules. Le résultat est inscrit dans la colonne H.

Tableau 2 Valeurs Choisies de Pouvoir Calorifique Inférieur

Facteurs (TJ/103 tonnes)

Produits pétroliers raffinés

Essence

44,80

Kérosène pour carburéacteurs

44,59

Autres kérosènes

44,75

Huile de schiste

36,00

Gazole/diesel

43,33

Fioul résiduel

40,19

GPL

47,31

Ethane

47,49

Naphta

45,01

Bitume

40,19

Lubrifiants

40,19

Coke de pétrole

31,00

Produits d'alimentation des raffineries

44,80

Gaz de raffinerie

48,15

Autres produits pétroliers

40,19

Autres produits

Huiles et goudrons de houille dérivés des charbons à coke

28,00

Schistes bitumineux

9,40

Orimulsion

27,50

NOTE : Lors de la conversion d'une quantité d'anthracite, de charbon à coke, d'autres charbons bitumineux, de charbons sous-bitumineux et de lignite, exprimée en 103 tonnes, des pouvoirs calorifiques inférieurs spécifiques par pays sont utilisés pour la production (colonne A), les importations (colonne B) et les exportations (colonne C). Pour ces combustibles, la consommation apparente est calculée en convertissant d'abord en TJ les chiffres de production, d'importation, d'exportation et de variation de stock. S'agissant des soutes internationales (colonne D) et des variations de stocks (colonne E), on utilisera soit une valeur moyenne pondérée du facteur de conversion, soit un facteur de conversion correspondant à la source d'approvisionnement dominante.

Tableau 1 facteurs de Conversion

Unité

Facteur de Conversion

J, MJ or GJ

La donnée est divisée par le facteur approprié respectivement, 1012, 106 or 103 pour convertir en TJ.

106 tep

La donnée est multipliée par le facteur de conversion, à savoir 41868 TJ/106 tep pour convertir en TJ.

Tcal

La donnée est multipliée par le facteur de conversion, à savoir 4,1868 TJ/ Tcal.

103 t

Le pouvoir calorifique inférieur pour chaque combustible est utilisé (voir tableau 2).

Etape 2 : Conversion en une unité

Etape 3 : Multiplication par les coefficients d'émission de carbone

1 Le coefficient d'émission de carbone (CEC) utilisé pour convertir la consommation apparente en teneur en carbone, est inscrit dans la colonne I.

Le tableau 3 présente les valeurs par défaut qui sont utilisées dans cette publication.

2 La consommation apparente exprimée en TJ (dans la colonne H) est multipliée par le coefficient d'émission de carbone (dans la colonne I) pour obtenir la teneur en carbone exprimée en tonnes de C. Le résultat est inscrit dans la colonne J.

3 La teneur en carbone exprimée en tonnes de C est divisée par 103 afin de l'exprimer en gigagrammes de carbone. Le résultat est inscrit dans la colonne K.

1 Estimation des quantités de combustibles

Bitume et lubrifiants

La production intérieure du pays pour le bitume et les lubrifiants est ajoutée à la consommation apparente (exposée à la colonne F de la feuille de calcul principale 1) pour ces produits et la somme obtenue est inscrite dans la colonne A de la feuille de calcul auxiliaire 1.

Huiles et goudron de houille

Pour le charbon à coke, l'hypothèse par défaut postule que 6% du carbone du charbon à coke consommé est transformé en huiles et goudron. La consommation apparente du charbon à coke (figurant à la feuille de calcul 1, colonne F) est multipliée par 0,06.

A partir de l'édition de 2006, l'AIE a demandé des données sur le goudron de houille dans son questionnaire annuel sur le charbon. Dans les cas où ces informations ont été fournies, et pour être conforme aux Lignes directrices de 1996 du GIEC, 75% de la consommation non-énergétique ont été

considérés comme stockés et la valeur par défaut de 6% du charbon à coke n'a pas été appliquée.

Gaz naturel, GPL, éthane, naphta et gazole/diesel

La quantité de ces combustibles utilisée comme produit d'alimentation à des fins non énergétiques est inscrite dans la colonne A.

2 Conversion en TJ

Les facteurs de conversion appropriés sont insérés dans la colonne B de la feuille de calcul auxiliaire 1. Les quantités estimées de combustibles (colonne A) sont multipliées par le facteur de conversion approprié pour estimer les quantités de combustibles exprimées en TJ. Le résultat est inscrit dans la colonne C.

3 Calcul de la teneur en carbone

Les quantités estimées de combustibles en TJ (colonne C de la feuille de calcul auxiliaire 1) sont multipliées par le facteur d'émission exprimé en tonnes de carbone par térajoule (colonne D) pour obtenir le contenu en carbone exprimé en tonnes de C (colonne E). Les chiffres sont ensuite divisés par 103 pour exprimer la quantité en gigagrammes de carbone. Les résultats sont inscrits dans la colonne F.

4 Calcul du carbone réellement stocké

La teneur en carbone (colonne F de la feuille de calcul auxiliaire 1) est multipliée par la fraction de carbone stocké (colonne G) pour obtenir le carbone stocké. Le résultat est inscrit dans la colonne H.

Lorsque la feuille de calcul auxiliaire 1 est complétée

5 Les valeurs du carbone stocké applicables aux combustibles/produits sont reportées à la colonne L de la feuille principale de calcul 1.

6 Les valeurs de carbone stocké (colonne L) sont soustraites de la teneur en carbone (colonne K) pour obtenir les émissions nettes de carbone. Les résultats sont inscrits dans la colonne M.

Etape 4 : Calcul de carbone stocké

Tableau 3

COEFFICIENTS D'EMISSION DE CARBONE (CEC)

Combustible

Coefficient d'émission de carbone (t C/TJ)

COMBUSTIBLES FOSSILES LIQUIDES

Combustibles primaires

Pétrole brut

20,0

Orimulsion

22,0

Liquides de gaz naturel

17,2

Combustibles secondaires/produits

Essence

18,9

Kérosène pour carburéacteurs

19,5

Autres kérosènes

19,6

Huile de schiste

20,0

Gazole/diesel

20,2

Fioul résiduel

21,1

GPL

17,2

Ethane

16,8

Naphta

(20,0) (a)

Bitume

22,0

Lubrifiants

(20,0) (a)

Coke de pétrole

27,5

Produits d'alimentation des raffineries

(20,0) (a)

Gaz de raffinerie

18,2 (b)

Autres produits pétroliers

(20,0) (a)

COMBUSTIBLES FOSSILES SOLIDES

Combustibles primaires

Anthracite

26,8

Charbon à coke

25,8

Autres charbons bitumineux

25,8

Charbons sous-bitumineux

26,2

Lignite

27,6

Schistes bitumineux

29,1

Tourbe

28,9

Produits/combustibles secondaires

BKB et agglomérés

(25,8) (a)

Coke de four à coke/coke de gaz

29,5

Gaz de cokerie

13,0 (b)

Gaz de haut-fourneau

66,0 (b)

COMBUSTIBLES FOSSILES GAZEUX

Gaz naturel (sec)

15,3

BIOMASSE (c)

Biomasse solide

29,9

Biomasse liquide

(20,0) (a)

Biomasse gazeuse

(30,6) (a)

Notes relatives au Tableau 3

(a) Cette valeur est une valeur par défaut à retenir jusqu'à ce que soit déterminé un CEC propre au combustible. Pour les combustibles gazeux issus de la biomasse, le CEC est fondé sur l'hypothèse que 50% du carbone de la biomasse est converti en méthane et que 50% sont émis sous forme de CO2. Les émissions de CO2 liées à la combustion de biogaz ne doivent pas être incorporées dans les inventaires nationaux. Si le biogaz est relâché dans l'atmosphère au lieu d'être brûlé, 50% de la teneur en carbone devrait être pris en compte comme méthane.

(b) A utiliser pour les calculs sectoriels.

(c) Les émissions liées à l'utilisation de la biomasse en tant que combustible ne sont pas montrées dans cette publication.

Etape 5 : Correction pour tenir compte du carbone non-oxydé

1 Les valeurs de la fraction de carbone oxydé sont inscrites dans la colonne N de la feuille de calcul 1. Le tableau 4 présente des valeurs types mesurées dans des centrales et propose des valeurs globales par défaut applicables aux combustibles solides, liquides et gazeux.

2 Les émissions nettes de carbone (colonne M) sont multipliées par la fraction de carbone oxydé (colonne N) et le résultat obtenu est inscrit dans la colonne O, émissions de carbone réellement stocké.

Tableau 4

FRACTION DE CARBONE OXYDE

Charbon1

0,98

Pétrole et produits pétroliers

0,99

Gaz

0,995

Tourbe pour la production d'électricité2

0,99

1 Cette valeur représente une moyenne globale mais elle varie en fonction des différents types de charbon et peut descendre jusqu'à 0,91.

2 La fraction de carbone oxydé pour le tourbe utilisée par les ménages peut être beaucoup plus faible.

Etape 6 : Conversion en émissions de CO2

1 Les émissions de carbone réelles (colonne O) sont multipliées par 44/12 (le coefficient du poids moléculaire du CO2 par rapport à celui du C) pour obtenir le total de dioxyde de carbone (CO2) émis lors de la combustion. Le résultat est inscrit dans la colonne P.

2 La somme ainsi obtenue représente le total des émissions nationales de dioxyde de carbone provenant de la combustion. Celles-ci correspondent aux émissions totales de CO2 dues à la combustion présentées dans cette publication.

Was this article helpful?

0 0

Post a comment